Changement climatique : 100 % d’urbanisme vert d’ici 2050 !

changement climatique et urbanisme vert

Pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris afin de lutter contre le réchauffement climatique, tous les bâtiments doivent afficher un taux zéro de carbone d’ici 2050.

C’est ce que nous apprend un récent rapport du World Green Building Council (World GBC), qui met en lumière 3 choses essentielles :

  • l’impact de l’urbanisme sur le climat ;
  • l’urgence d’entrer dans une démarche d’urbanisme vert ;
  • le besoin en métiers de l’éco-urbanisme.

Le bâtiment au cœur du changement climatique

Le secteur du bâtiment joue un rôle majeur dans le changement climatique : il serait aujourd’hui responsable d’environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales (1).

Ce mauvais rôle pourrait cependant se transformer en premier rôle, bien plus flatteur, si le secteur décide dès aujourd’hui de s’engager dans une démarche plus écologique d’urbanisme vert.

Retrouvez aussi les règles à respecter pour la végétalisation des bâtiments !

100 % d’urbanisme vert, un besoin urgent

L’Accord de Paris sur le climat prévoit de contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C. C’est pourquoi tous les bâtiments doivent avoir un taux zéro de carbone d’ici 2050.

Aujourd’hui, on compte seulement 500 bâtiments commerciaux et 2000 bâtiments résidentiels à taux zéro, ce qui représente bien moins de 1 % des bâtiments mondiaux. Les entreprises, les ONG, les gouvernements et les collectivités doivent donc tous entreprendre, ensemble et massivement, des actions d’urbanisme vert. Il s’agit de rénover ou de construire des bâtiments en intégrant des matériaux écologiques… ou des éléments naturels, comme des toitures et façades végétalisées ! Des projets innovants se mettent déjà en place partout dans le monde, par exemple ces 4 initiatives en Chine, en Inde et en France.

Urbanisme vert et changement climatique : il y a du boulot…

Pour arriver au résultat attendu, il faudrait que tous les bâtiments neufs et les rénovations dites « lourdes » affichent déjà un taux zéro en 2030, que ce soit grâce à une haute densité énergétique ou en étant alimentés par des énergies renouvelables.

Et pour atteindre 100 % d’urbanisme vert en 2050, le taux de rénovation des bâtiments doit augmenter de 3 % chaque année… à partir de maintenant !

Avec l’objectif zéro carbone en 2050, on lutte contre le réchauffement climatique, mais on accroît aussi la création d’emplois dans l’urbanisme vert. Deux bonnes nouvelles, pour le secteur comme pour la planète !

(1) World Green Building Council, rapport du 31 mai 2017
(2) Alliance HQE-GBC et World GBC, rapport du 2 juin 2017

Crédit photo : Pixabay / Bessi

Un commentaire

  1. Le Borgne   •  

    Ce ne sont pas seulement les bâtiments qui doivent se parer de végétaux, ce sont aussi leurs abords et plus largement les espaces publics et les parcs d’entreprise.
    Un bâtiment très « vert », généralement très naturellement lumineux, à besoin d’un écrin de verdure pour éviter l’utilisation d’énergie pour le refroidir.
    Une place ou une rue sans ombre ni verdure est difficilement fréquentable quand il fait chaud: les véhicules font appel à plus de climatisation, les magasins et les habitations idem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *