Jardin thérapeutique : comment exploiter les vertus des jardins ?

Jardin thérapeutique : comment exploiter les vertus des jardins ?

Tous les jardins font du bien, c’est certain. D’ailleurs, on dit toujours qu’un jardin public est le poumon d’une ville ! Alors s’il est capable de nous apporter la bouffée d’air dont on a besoin, pourquoi ne pas l’intégrer dans les centres de soins ? De plus en plus de structures, telles que l’association Jardin Art et Soin, sont convaincues par ses nombreux bienfaits. Et c’est la raison pour laquelle on retrouve de plus en plus de jardins dits thérapeutiques dans lesquels il fait bon se promener… mais pas que.
 

Un jardin thérapeutique, c’est quoi ?

 
Il ne faut pas confondre jardin thérapeutique et jardin médicinal, dont le but est de cultiver des plantes aux vertus thérapeutiques. Ici c’est le jardin dans sa globalité, son ambiance et sa configuration qui aident à guérir, ou simplement à stimuler. Il stimule à la fois les sens, l’intérêt, la mémoire et les jambes pour améliorer le mieux-être des patients.
 
Le jardin thérapeutique accueille des personnes âgées, des patients en rééducation et des personnes fragiles, atteintes de troubles psychologiques, d’autisme ou de maladies telles qu’Alzheimer. Il s’implante alors dans les structures liées à la santé : maisons de retraite, structures psychiatriques, centres de remise en forme… Un jardin thérapeutique a même été créé dans un centre d’addictologie à Saint Vaury dans la Creuse.
 

De multiples bienfaits qui gagnent à être reconnus

 
L’idée du jardin thérapeutique part du principe que tout végétal a un effet relaxant. Les jardins publics par exemple sont réputés pour améliorer le cadre de vie, réduire la fatigue et le stress. 8 Français sur 10 estiment qu’habiter à proximité d’un espace vert est un critère important ! Au‑delà de ça, des études ont montré que la moindre plante ou la moindre parcelle de gazon a des vertus thérapeutiques sur des patients (1). Alors, imaginez le pouvoir d’un jardin justement conçu dans l’idée de soigner !
 
C’est pour cette raison que des structures comme l’association Jardin Art et Soin se sont spécialisées dans la conception de jardins dans un objectif d’accompagnement thérapeutique. Elles s’appuient sur plusieurs éléments qui améliorent le bien-être des patients, en fonction de la pathologie.
 
Le simple fait de se promener dans un espace vert est déjà essentiel pour le mieux-être de certains patients et des personnes âgées. Cela permet de retrouver la sérénité, dans un espace qui est, de plus, sécurisé. Le personnel soignant va également utiliser d’autres thérapies originales pour apaiser, voire soigner :
 

  • l’hortithérapie, qui se sert du jardinage pour aider les personnes âgées à retrouver de l’autonomie ou à stimuler leur mémoire ;
  •  

  • la stimulation des sens, qui est utilisée dans le jardin thérapeutique de Saint Quirin pour aider à stimuler la mémoire (des sens et lointaine) de patients atteints d’Alzheimer ;
  •  

  • ou encore la stimulation des jambes, au travers des parcours de santé ou de cheminements qui reproduisent les difficultés de la marche quotidienne.

 

Comment concevoir un jardin thérapeutique ?

 
Pour reprendre les propos du professeur Alain Calender, fondateur de Jardin Art et Soin, « on conçoit les jardins en fonction des typologies des patients ». Pour les personnes âgées, atteintes de la maladie d’Alzheimer, on visera la stimulation des sens. Tandis que pour des patients plus jeunes, atteints d’autisme, il faudra au contraire être plus vigilant, et veiller à ne pas tomber dans l’hyperstimulation qui pourrait créer un état d’anxiété.
 
Le principe du jardin thérapeutique est d’amplifier certaines vertues du jardin classique en intégrant notamment :

     
  • des plantes qui permettront de stimuler les sens : l’odorat avec les plantes aromatiques, le goût avec des arbustes fruitiers, le toucher par des plantes à texture, la vue par les couleurs et les formes, l’ouïe en intégrant des plantes susceptibles d’attirer les oiseaux… ;
  •  

  • un parcours de santé ou de motricité en préfabriqué ou par la construction d’un cheminement avec des revêtements différents au sol ;
  •  

  • des bacs d’hortithérapie pour exploiter les vertus thérapeutiques du jardinage.

 
Enfin, compte tenu du public fragilisé qui est visé par ces jardins, un autre aspect essentiel lors de la conception d’un jardin thérapeutique est la sécurité.
 
Dans ce type de jardin, il y a donc l’aspect thérapeutique, très important, pour lequel il est bon de se permettre un peu de créativité, et l’aspect technique, essentiel pour la sécurité des patients.
 
Le Carré des jardiniers au salon Paysalia 2017 portera justement sur le thème « Les bons soins du Docteur Jardin ». Les professionnels qui participent au concours cette année seront notés sur leur créativité et technicité… La thématique du concours vous intéresse ? Alors, rendez-vous directement sur le salon du 5 au 7 décembre 2017 pour admirer les réalisations des cinq candidats !
 

Découvrez le programme !

 
(1) Plante-et-cité
 

Crédit photo : Fotolia

Un commentaire

  1. Sarah Bertolotti   •  

    Merci pour ce bel article, et merci à Paysalia d’avoir choisi le thème du jardin thérapeutique pour le carré des jardiniers !
    Le jardin soigne, apaise, diminue le stress, aide à renouer avec la vie ! Il est important de le faire savoir, et Paysalia y contribue.

    Sarah Bertolotti – http://jardindeshetres.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *