Entretien de gazon de terrain de sport : pelouse naturelle vs synthétique

Entretien de gazon de terrain de sport : pelouse naturelle vs synthétique

À l’heure où 98 % des collectivités françaises gèrent entièrement l’entretien de gazon de leur terrain de sport, une question revient sans cesse : faut-il opter pour une pelouse naturelle ou synthétique ? Gilles Thillaye, directeur général d’Eurofield, nous livre son expertise sur un sujet qui sera abordé sous le prisme de l’écologie lors des conférences de Paysalia 2017. Entretien, coût, impact environnemental… quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux types de surface ?

Terrain en gazon naturel ou en gazon synthétique : quel usage ?

 

Quel gazon pour quel sport ?

Le choix d’une pelouse se fait avant tout en fonction du sport pratiqué. Si le gazon synthétique est surtout utilisé pour les terrains de football, il l’est également – mais dans une moindre mesure – pour les terrains de rugby. Le hockey, le baseball et le football américain, pratiqués sur terrain synthétique dans leurs pays d’origine, sont également concernés.

En France, sur 42 000 terrains de sport, 2 300 sont en pelouse synthétique. Cette solution est généralement choisie en renfort des terrains en gazon naturel pour permettre une meilleure fréquentation des clubs de sport. En effet, une pelouse naturelle ne peut être foulée que 12 heures par semaine, sous peine de se dégrader, ce qui impose parfois l’utilisation d’une pelouse synthétique.

Quel impact pour la pratique du sport ?

Alors que les premiers gazons synthétiques, plus durs et moins absorbants, pénalisaient autrefois les joueurs, leur qualité se rapproche aujourd’hui des terrains naturels. En matière d’absorption des chocs, de restitution d’énergie, de roulement et de rebond du ballon, la norme exige des résultats pour préserver la qualité du sport pratiqué.

L’évolution de l’usage des gazons

Selon Gilles Thillaye, il y a eu un avant et un après l’an 1998 concernant l’utilisation des différents types de gazon. Suite à la Coupe du monde de football, les inscriptions en club se sont multipliées (+ 40 %). Pour répondre à cet engouement, les collectivités ont dû trouver des stratégies : l’installation de terrains en gazon synthétique a permis d’absorber un tel afflux. L’entretien du gazon naturel d’un terrain de sport, quant à lui, nécessite une personne à plein temps toute l’année.

L’impact environnemental du gazon naturel et synthétique

 
Avant les années 2000, le recyclage des pelouses synthétiques était laissé à la discrétion de chaque collectivité, peu réglementé. Aujourd’hui, les mentalités ont changé et les matériaux utilisés disposent d’une meilleure traçabilité. La filière a mis en place des stratégies pour démonter, trier et réutiliser les pelouses synthétiques. Cependant, cela reste confidentiel et le recyclage ne peut être aussi efficace que dans d’autres filières (comme celle des pneus, par exemple) : on privilégie le brûlage, qui sera utilisé pour créer de l’énergie, notamment dans les entreprises de cimenterie.

Les pelouses naturelles ont également un coût environnemental. Si l’on considère l’usage des produits phytosanitaires et les machines d’entretien, la pollution résultant d’un terrain en gazon naturel n’est pas meilleure que celle d’un terrain en pelouse synthétique. Pour y remédier, le secteur restreint peu à peu les engrais et les pesticides, ce qui passe notamment par la création de substrats plus résistants.
 

Découvrez aussi comment réduire l’impact environnemental d’un terrain de golf

Entretien de gazon de terrain de sport : quels coûts ?

 

Les coûts d’installation

  • Le coût d’un terrain de sport en gazon naturel

Un gazon naturel coûte 300 000 euros et dure environ 50 ans, mais on ne peut l’utiliser que 12 heures par semaine et il devient impraticable en cas de gel ou de forte pluie. L’été, la saison pendant laquelle un terrain en gazon naturel est le plus praticable, correspond à une période creuse pour les clubs de sport.

  • Le coût d’un terrain de sport en gazon synthétique

Un gazon synthétique coûte 600 000 euros et a une durée de vie de 15 ans, mais il supporte les entraînements réguliers, quelle que soit la saison. Une fois un premier terrain installé, les nouveaux sols voient leur prix divisé par deux.

Les coûts de l’entretien

Si le gazon naturel demande un entretien régulier et une personne à plein temps toute l’année (soit 40 à 50 000 euros par an), le terrain synthétique demande, en temps cumulé, la présence d’une personne pendant un mois. Il est important de le brosser une fois par semaine pendant 1 h 30, de le nettoyer et de le décompacter une fois par an. Avec deux jours d’immobilisation et l’intervention d’une entreprise spécialisée chaque année, cela représente un coût moyen annuel de 2 500 euros.

Aujourd’hui, l’évolution des matériaux et des usages permet d’installer des aires de sport en gazon synthétique de très bonne qualité. Mais « il n’est pas question que ce type de surface remplace le gazon naturel qui sert le plus souvent aux terrains d’honneur », selon Gilles Thillaye. Avec le temps, les deux types de terrains ont trouvé leur place en fonction des besoins de chacun. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, l’entretien de gazon de terrain de sport sera au cœur de la journée Wellgreen, sols et équipements sportifs sur Paysalia !

 
Merci à Gilles Thillaye pour son expertise et les chiffres fournis.

Crédit photo : Pexels / Roman Pohorecki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *