Entreprise du paysage : comment assurer la gestion des déchets ?

Entreprise du paysage : comment assurer la gestion des déchets ?

Alors que le métier de paysagiste mène inévitablement à la production de déchets, la législation se durcit, obligeant toute entreprise du paysage à suivre de près son impact environnemental. Voici ce qu’il faut savoir pour assurer la gestion des déchets et les valoriser !

Réglementation des déchets : que dit la loi ?

La réglementation française et européenne considère que les obligations du producteur de déchets débutent avant même que le déchet ne soit créé, ce qui a conduit au régime de la responsabilité élargie des producteurs, ou REP (1). Ce dernier stipule que tout producteur ou détenteur de déchets est tenu d’en assurer ou d’en faire assurer la gestion. Il en est responsable jusqu’à leur élimination ou valorisation finale.

Pour être en adéquation avec cette réglementation, les producteurs, importateurs et distributeurs de produits visés par la REP peuvent mettre en place des éco-organismes qu’ils financent et auxquels ils transfèrent leurs obligations. Les producteurs doivent également :

  • utiliser un produit limitant l’impact environnemental ;
  • réduire les déchets subsistants ;
  • informer le public des conditions de réemploi ou de recyclage des produits.

En bref ? En tant qu’entreprise du paysage, vous devez veiller à la prise en charge de vos déchets !

Comment valoriser les déchets ?

Vous souhaitez assurer la gestion de vos déchets, voire même les valoriser ? Attention à ne pas tous les mettre dans le même sac : la meilleure méthode à adopter dépend avant tout du type de déchet !

Les déchets verts

Dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’air, il est interdit de brûler des déchets verts à l’air libre (2). Les entreprises du paysage sont tenues de les éliminer par des voies respectueuses de l’environnement. Par exemple :

  • Pour une valorisation directe, les déchets verts peuvent être broyés en vue d’obtenir un produit pouvant être composté. Le compost permet d’amender les sols en améliorant leur structure et leur fertilité. Attention, cependant : les installations de compostage sont réglementées et soumises à autorisation.
  • Les déchets verts peuvent également être paillés, c’est-à-dire broyés sur site et répandus directement en paillage sur les massifs. Cette méthode évite le transport et le stockage des déchets – deux aspects soumis à une réglementation.
  • Enfin, la méthanisation, technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène, permet de produire du fertilisant agricole et du biogaz à partir des déchets verts.
Les différents déchets verts
  • Les cellulosiques, issus de la tonte de pelouse et du fauchage.
  • Les ligno-cellulosiques à cellulosiques, comme les feuilles mortes.
  • Les ligno-cellulosiques, issus de la taille d’arbustes et de haies.
  • Les ligneux, résultants de l’élagage et de l’abattage d’arbres ou de haies.

À savoir : les déchets verts souillés par des substances dangereuses comme les produits phytosanitaires sont considérés comme des déchets dangereux.

Les déchets dangereux

  • Les produits phytosanitaires non utilisables (PPNU) doivent être déposés, avec leur bidon d’origine, dans un centre de collecte sélective.
  • Les emballages vides de produits phytosanitaires (EVPP) doivent être rincés trois fois, placés avec leur bouchon dans des sacs mis à disposition par les fournisseurs et déposés dans un centre de collecte sélective.

Ce type de produit peut aussi être déposé dans des centres de tri des déchets dangereux, qui traitent également les liquides comme les huiles de vidange, les peintures industrielles, les piles, les batteries ou encore les engins hors d’usage.

Découvrez comment entretenir un espace vert sans produits phytosanitaires

Les déchets inertes

Qu’il s’agisse de terre de mauvaise qualité, de cailloux, de chutes de coupes de pavés, de briques ou encore de dalles, les déchets inertes doivent être emmenés en décharge.

Les déchets banals

Les déchets en papier, en carton ou en verre peuvent être placés du côté des ordures ménagères… qu’il faut bien évidemment trier !

Pensez à la traçabilité !
Une bonne gestion de vos déchets passe aussi par une bonne traçabilité ! Lorsque vous déposez vos déchets, quels qu’ils soient, auprès de sites de collecte (plateformes de compostage, centres de tri, etc.), conservez les documents qui vous sont délivrés : vous pourrez ainsi les présenter aux organismes de contrôle si besoin.

La gestion des déchets et leur valorisation est une question de bon sens ! Pour réduire le temps, l’énergie et les moyens financiers investis dans le recyclage, pourquoi ne pas opter pour des méthodes qui produisent moins de déchets ? Formation et sensibilisation du personnel, respect des techniques de taille, tri sélectif, éco-pastoralisme… Quelques solutions simples peuvent suffire !

(1) Code de l’environnement, Article L541-10
(2) Ademe, Communiqué de presse

Crédit photo : Pixabay / Alexas_Fotos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *