Le Concours National de Reconnaissance des Végétaux à la loupe

Le Concours National de Reconnaissance des Végétaux à la loupe

Tout professionnel du végétal se doit de connaître les végétaux sur le bout des doigts. Mais reconnaître 30 à 40 plantes à partir d’échantillons et en un temps limité n’est pas si évident, même pour les pros ! Le Concours national de reconnaissance des végétaux représente, pour les professionnels comme pour les étudiants, l’occasion de tester ses connaissances…

Benoît Ganem, président de Val'hor, nous parle du Concours national de reconnaissance des végétauxBenoît Ganem, président de l’interprofession Val’hor – qui organise ce concours avec l’Unep (1) –, nous parle de cet événement dont la finale aura lieu lors de l’édition 2017 du salon Paysalia.

Découvrez aussi les finalistes du Carré des jardiniers 2017 !

Quel est l’objectif du Concours National de Reconnaissance des Végétaux ?

L’objectif du concours est de rendre leurs lettres de noblesse aux métiers du végétal – du paysage, de la production et du commerce horticole – et de souligner les connaissances qu’ont les professionnels de la botanique et des plantes. L’idée est de montrer que, derrière tout professionnel et futur professionnel, il y a une expertise, un savoir-faire et une connaissance précise et précieuse des végétaux. C’est aussi l’occasion de mettre en avant des métiers d’avenir alors que la filière connaît des difficultés de recrutement.

Concours National de Reconnaissance des Végétaux 2017

Comment se déroule ce concours ?

Il se déroule en deux temps, avec des sélections régionales et une finale nationale.

Les sélections régionales sont organisées dans chacune des 12 régions métropolitaines, mais aussi en Corse, par un établissement de formation en horticulture et en paysage. Tous les étudiants issus d’une formation de niveau III, IV et V en aménagement paysager, production ou commerce horticole y sont conviés. Selon les régions, ce sont entre 50 et 150 étudiants qui participent à ces épreuves de reconnaissance de végétaux qui permettent de désigner les lauréats qualifiés pour la finale nationale.

Pour cette édition 2017, les concours régionaux se sont tenus au cours du premier semestre : près d’une centaine de jeunes ont obtenu leur billet pour la finale nationale. Les professionnels, les enseignants et les journalistes peuvent également y participer, dans la limite des places disponibles.

Après les sélections régionales, la finale nationale est organisée dans le cadre du Salon Paysalia : des échantillons de végétaux à reconnaître sont sélectionnés par un jury composé de professionnels de l’horticulture et du paysage, d’enseignants et de membres de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF). Ce jury, présidé par un représentant du ministère de l’Agriculture, corrigera les copies afin de décerner les prix aux étudiants et aux professionnels.

Pour un étudiant, que représente un tel concours ?

Les étudiants et leurs enseignants apprécient beaucoup le concours. Pour eux, c’est un moyen ludique de réviser les noms des végétaux, mais aussi un vrai challenge puisque chacun a envie d’aller le plus loin possible.

Les concours régionaux sont également des moments conviviaux, dans des lieux accueillants. Cette année, le concours Île-de-France s’est déroulé à l’Arboretum de Chèvreloup et le concours Auvergne-Rhône-Alpes a eu lieu au Parc de Lacroix-Laval, dans le cadre de la manifestation « Scènes de Jardin ».

Enfin, l’organisation de la finale au Salon Paysalia est l’opportunité d’être au contact de professionnels.

Un participant lors du Concours national de reconnaissance des végétaux 2015

Un participant lors du Concours national de reconnaissance des végétaux 2015 © Elisabeth Rull

Le concours s’est ouvert aux professionnels depuis peu. Pourquoi ?

Qu’ils soient producteurs ou paysagistes, les professionnels ont tous une très bonne connaissance des végétaux. Le Concours National de Reconnaissance des Végétaux est une façon de valoriser leur savoir-faire. Il est toujours bon de rappeler l’expertise des professionnels, qui leur permet de conseiller au mieux leurs clients.

En 2017, il s’agira de la deuxième édition ouverte aux professionnels ; nous espérons qu’ils seront nombreux à venir concourir aux côtés des étudiants. Par ailleurs, les enseignants sont eux aussi invités à participer au concours professionnel. Ils peuvent ainsi montrer l’exemple à leurs étudiants !

Que retirent les participants de cette expérience ?

Plusieurs prix seront décernés aux vainqueurs, étudiants et professionnels, dans différentes catégories : « Production », « Commerce » et « Paysage ». Des mentions spéciales et un trophée pour la meilleure région seront aussi remis.

Pour les étudiants, arriver en finale et faire partie des lauréats est très valorisant. En 2015, 1 000 étudiants avaient participé aux sélections régionales. Ils étaient seulement 90 en finale et 15 d’entre eux ont reçu un prix !

À quoi faut-il s’attendre pour l’édition 2017 ?

Nous espérons avoir un concours de haut niveau et, bien sûr, passer un très bon moment !

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le règlement du concours national des professionnels et celui des étudiants. On vous donne rendez-vous les 6 et 7 décembre au salon Paysalia pour connaître le nom des lauréats 2017…
 

 

Merci à Benoît Ganem pour son témoignage et ses explications.

(1) Le Concours national de reconnaissance des végétaux est également organisé avec le soutien de :
– la direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) ;
– la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) ;
– la Fédération Nationale des Producteurs de l’Horticulture et des Pépinières (FNPHP) ;
– la Fédération Nationale des Métiers de la Jardinerie (FNMJ) ;
– l’ensemble des établissements de formation agricole.

Crédit photo : Fotolia / Faithie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *