Faire revenir les pollinisateurs en ville : 6 aménagements paysagers pour insectes

6 aménagements paysagers pour attirer des insectes en ville

Abeilles, papillons, mouches et coléoptères sont essentiels à la richesse écologique et à la purification de l’air. Mais depuis quelques années (ce n’est plus un secret) leurs populations se réduisent. On fait le point sur les aménagements paysagers qui justement attirent ces insectes pollinisateurs… et qui trouveront bien une petite place dans vos espaces verts !

Des pollinisateurs en ville, pourquoi est-ce important ?

 
Vous vous dites peut-être que des abeilles chez vous, il y en a déjà assez ? Mais sachez qu’il existe, rien qu’en France, pas moins de 1 000 espèces d’abeilles sauvages (1). Ces espèces ainsi que les coléoptères, les mouches ou encore les papillons sont essentiels au bon fonctionnement de notre écosystème. C’est simple, sans eux, l’équilibre alimentaire serait bouleversé, et nous n’aurions pas de tomates, d’huile de tournesol ou encore de pommes.

En effet, la majeure partie des espèces végétales a besoin de ces insectes pour se reproduire. Pour être plus précis, 80 % des cultures à travers le monde sont dépendantes des pollinisateurs (2). Mais le réchauffement climatique, l’urbanisation et la (forte) utilisation de pesticides sont autant de raisons qui ont fait fuir ces insectes pollinisateurs.

Focus sur les aménagements paysagers pour les insectes pollinisateurs

 
Bien sûr, arrêter d’utiliser des pesticides en ville est une 1ère solution pour atténuer la disparition des pollinisateurs. Vous pouvez vous référer à notre article sur l’entretien sans produits phytosanitaires ! Mais pour leur donner envie de revenir, d’autres moyens et aménagements paysagers dédiés aux insectes existent.

Voici quelques aménagements possibles :

  • Les installations fleuries avec des plantes mellifères, riches en nectar, pollen ou miellat nourrissent les insectes pollinisateurs. Il en existe entre 450 et 500 espèces en France… autrement dit, il y a de quoi faire ! Cela permet en plus de varier les essences végétales dans les espaces verts. Le saviez-vous ? Une liste des 200 plantes les plus attractives a récemment été proposée par le ministère de l’Agriculture !
  •  

  • Installer des ruches, pas forcément pour récolter le miel, mais pour attirer au moins une petite partie de ces 1 000 espèces d’abeilles sauvages. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’agglomération de Montpellier a installé quelques ruches sur les toits de son aéroport.
  •  

  • Les ruches pour les abeilles et les gîtes pour les insectes ! Il s’agit d’aménagements créés à partir de différents matériaux qui attirent les insectes auxiliaires et constituent un gîte de premier ordre pour la nidification et la ponte.
  •  

  • Le parc de la Tête d’Or à Lyon a quant à lui opté pour des spirales en pierre qui servent de support aux végétaux mellifères. La pierre sèche permet en effet de réchauffer la terre et de l’assécher pour y planter des mellifères et, ainsi, attirer les pollinisateurs et accueillir le nid de certaines espèces, telles que les bourdons.
  •  

  • Le frelon asiatique est sans doute le pire ennemi des abeilles (juste après les néonicotinoïdes) : une dizaine suffirait à anéantir une ruche… Pour limiter ce ravage, vous pouvez installer des pièges à frelon, de mars à mai, pour tuer les reines fécondées à la sortie de l’hibernation.
  •  

  • Enfin, vous pouvez installer des nichoirs à oiseaux : une technique simple mais plutôt efficace pour effrayer les ravageurs, amateurs de pollinisateurs.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour attirer les pollinisateurs : 1. leur construire de nouveaux habitats, 2. les nourrir et 3. éliminer leurs prédateurs !

(1) Observatoire Agricole de la Biodiversité, Mini-guide d’accompagnement au protocole « Abeilles solitaires »
(2) INRA, Abeilles, reines de la survie

Crédit photo : Tookapic / Pawel Kadysz

Un commentaire

  1. THEIN   •  

    Bonne idée ce blog plutôt riche d’enseignement avec des sujets intéressants !
    Bien qu’ayant quitté la Capital des Gaules pour l’Auvergne avec un demi hectare de terrain en bord de Loire, j’avais l’intention d’installer une haie fleurie à oiseaux, une ruche et des nichoirs à oiseaux.
    Et évidemment le néorural que je suis devenu, néophyte, accueille avec grand plaisir tout site pouvant m’apporter de l’information dont j’ai grand besoin pour avancer sur ce projet.
    Bien que je sache que le salon Paysalia (de ce que j’en sais) soit dans une thématique (pour faire court) plutôt orientée « la campagne à la ville » , il serait intéressant qu’on puisse trouver des articles sur votre blog traitant de ces questions « néorurales » (sauf si ces questions n’intéressent pas le cœur de cible du blog), car si je me réfère à la typologie de la population de mon village, il faut se rendre à l’évidence, 80 % des nouveaux habitants viennent de grandes villes, principalement LYON et PARIS, avec une culture urbaine, mais là n’est peut-être pas le sujet de votre blog.
    Cordialement, Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *