Les enjeux de la gestion de l’eau dans l’entretien des espaces verts

Comment gérer de manière durable une ressource aussi précieuse que l’eau lorsqu’il s’agit d’arrosage ? Nous avons posé la question à Pierre-Alain Madelaine, Président du Syndicat National de l’Arrosage Automatique (SYNAA) depuis 11 ans. Retrouvez sa vision de l’arrosage et ses conseils dans notre interview !

Paysalia : M. Madelaine, on parle beaucoup de risques de pénuries d’eau à l’heure actuelle. Est-ce une réalité pour le paysagisme ?

Pierre-Alain Madelaine, Président du SYNAA

Pierre-Alain Madelaine, Président du SYNAA

Pierre-Alain Madelaine : Il y a beaucoup de désinformation sur ce sujet, car on ne manque pas d’eau en France ! Qu’elle provienne des nappes ou de la récupération des pluies, l’eau est présente en quantité. On sait même dessaliniser l’eau et l’acheminer de loin, comme le démontrent certains pays du Moyen-Orient qui font pousser des jardins luxuriants en plein désert.

Il faut relativiser les choses : nous utilisons seulement 17 % des ressources disponibles en eau et l’arrosage des espaces verts en représente moins d’1 %. De plus, cette dernière n’est jamais « perdue » : elle retourne dans le cycle de la vie par l’évaporation. Cependant, il faut utiliser cette ressource à bon escient car on paye et on utilise de l’énergie pour avoir accès à une eau nettoyée. La problématique se porte donc sur la gestion durable de l’eau, et non sur sa pénurie.

Éco-urbanisme : quels enjeux pour la gestion des eaux pluviales ?

Quel rôle joue l’arrosage dans un espace vert ?

L’eau fait respirer les plantes, leur apporte de l’oxygène et leur permet de mieux absorber le CO₂ – jusqu’à 4 fois plus que dans un espace vert soumis à un stress hydrique. Elle permet également de perméabiliser les sols, de diminuer le ruissellement et prolonge les périodes de floraisons, ce qui a un impact direct sur la biodiversité. Ainsi, en pensant bien faire en limitant l’arrosage, on peut faire beaucoup plus de mal que ce que l’on croit.

Il est également prouvé qu’un espace vert permet de faire descendre la température de 3 à 4 degrés si il est arrosé : un phénomène dont on ne peut se passer lorsqu’il s’agit de lutter contre les îlots de chaleur urbains, qui s’accentuent avec le réchauffement climatique, et qui met à mal le bien-être de la population.

De plus, certaines collectivités laissent mourir leurs plantes en pensant économiser de l’eau et donc de l’argent, puis en rachètent l’année d’après pour remplacer celles qui n’ont pas tenu. Or, ces nouvelles plantes ont elles aussi eu besoin d’eau pour grandir ! Ce n’est ni écologique, ni économique.

Comment, en tant que président du SYNAA, envisagez-vous l’arrosage ?

Nous partons du principe qu’arroser les végétaux sert tout le paysage, et par extension tout le monde. Si un espace vert est beau, c’est forcément grâce à un bon arrosage ! Nous considérons que l’arrosage automatique, c’est thérapeutique. Notre travail, en tant que professionnels du paysage, est d’apporter la juste dose pour ne pas gâcher d’eau inutilement et de faciliter les conditions d’entretien des espaces verts, ce qui passe par l’automatisation.

Les paysagistes, généralement, sont conscients de cela, car, quand ils font une belle plantation, ils ne veulent pas qu’elle meure ! Le problème réside dans ceux qui sont en dehors de ce secteur mais qui sont amenés à gérer du paysage, comme les collectivités, établissements privés et particuliers, et qui subissent de plein fouet la désinformation actuelle. Cela fait partie de notre rôle, en tant que syndicat, d’alerter et d’informer sur ce sujet, ce qui était d’ailleurs la thématique de notre conférence « Les impacts écologiques de l’arrosage automatique » lors du salon Paysalia 2017.

Le Syndicat National de l'Arrosage Automatique en quelques mots
Le SYNAA regroupe depuis 1981 les acteurs du secteur de l’arrosage automatique pour les espaces verts et terrains de sport. Ses actions s’articulent autour de 4 engagements :
  • La maîtrise et l’économie de l’eau
  • L’installation de systèmes d’arrosage adaptés à chaque besoin
  • La contribution à l’embellissement des jardins et espaces verts
  • Être un acteur du développement durable

Sur quelles innovations peut-on s’appuyer pour gérer plus intelligemment l’arrosage ?

Aujourd’hui, on peut arroser avec une précision quasi parfaite, ce qui n’était pas le cas il y a encore 20 ans. Les nouveaux systèmes d’arrosage automatique peuvent générer des économies très importantes sur l’entretien des espaces verts : jusqu’à 50 % d’économie d’eau et d’énergie.

Ces systèmes d’arrosage intelligents sont capables d’ajuster directement leur programmation en se connectant aux stations météo locales. Ils peuvent à présent être pilotés à distance. Pour les petits budgets, l’installation d’un pluviomètre (de 150 à 250 euros) est indispensable : lorsqu’il pleut, il coupe le prochain arrosage prévu.

Si les innovations sont nombreuses, il nous reste deux challenges à surmonter pour qu’elles se déploient partout : les personnes gérant ces systèmes doivent être formées, et nous devons bien faire comprendre que la restriction d’eau dans les espaces verts est une très mauvaise idée, il faut mieux investir sur le long terme, avec des solutions durables et efficientes !

Retrouvez notre interview de Pierre-Alain Madelaine lors du salon Paysalia 2017 !

Nos remerciements à Pierre-Alain Madelaine, Président du SYNAA, pour sa participation.


Crédit photo : Unsplash / Harry Grout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *